Rechercher
  • Le bureau

L'aventure Nationale 4.



Cet article est dédié à Cécile, Mario, Franck, Tof, Ju, et tous les supporters qui ont fait que ces moments, mis bout à bout, constituent une aventure.

Cécile GADOIN par son accompagnement et dévouement de tous les instants en organisation, et soutien dans les moments difficiles.

Mario CORDEIRO, capitaine exemplaire, qui a renoncé à jouer pour s'occuper de cette équipe 1 et les amener là où ils sont aujourd'hui.

Franck MARTEL, pour les même raisons d'abnégation et être le remplaçant de l'équipe et endosser le rôle de capitaine adjoint.

Christophe ROLLAND et Julie CHOMETTE pour leur travail dans l'ombre et leur soutien de tous les instants.

Les supporters sans qui les rencontres aux Cézeaux ne seraient pas ce qu'elles sont pour nos adversaires....

Un grand merci.

Nous sommes en 2016. Toute la France du tennis est régie par l'esprit politiquement correct du tennis , friqué et elitiste. Toute ? Non ! Un petit club de quartier peuplé d'irréductibles joueuses et joueurs résiste encore et toujours à cet esprit bien pensant. Et la vie n'est pas facile pour les clubs alentours et d'ailleurs qui s'y frottent.

Tout débute une journée de mai 2016, le 29, pour être précis.

L'équipe 1 masculine reçoit en demi finale le Stade Clermontois aux cézeaux lors des phases finales de la DQDN4, antichambre de la Nationale. Une rencontre trés attendue aux saveurs épicées pour les deux camps.

La règle est simple, seul le vainqueur accèdera à la Nationale 4. En clair, il ne doit en rester qu'un.

En l'absence de Jules GADOIN, blessé, l'équipe est composée de DELMAS Amaury -4/6, DE SOUSA Léo 3/6, HUET Christophe 3/6 et CADIOU Clément 4/6 .

Il est 9 heures, le juge arbitre lance les matchs au son du tambour, ressuscité depuis sa première aventure au cap d'agde 2000.

Les jeunes ouvrent le bal avec succès : Clément CADIOU se débarrasse facilement de Marcelin JERY et Léo DE SOUSA gagne en 3 sets sur Anthony LAPORTE 2/6. Un exploit qui met en confiance Christophe HUET face Aria CANADELL et Amaury DELMAS face à Thierry HALEMAI.

A 4--0, inutile de faire les doubles, il vaut mieux passer à table. Cette victoire sans concession les propulse en finale. Ce sera sur les terres ceyratoises que l'équipe du capitaine Mario CORDERO, toujours présent et dévoué, jouera le titre.

Le 5 juin 2016 restera dans les annales du club universitaire. La finale sera épique. Les supporters cucistes répondent présents, malgré le mauvais temps, et répondent aux trompettes ceyratoises.

9 heures , tout commence.... le juge arbitre considère que les terrains extérieurs sont impratiquables. les matchs se dérouleront sur terrains couverts : 1 en gazon synthétique, l'autre en dur. Clément CADIOU jouera sur Gazon face à l'expérimenté Jean Baptiste VECE. Duel non pas au soleil, mais à classement égal, 4/6 contre 4/6. Il est écrit que lors de ces phases finales, les jeunes pousses écriront leur histoire.

En demi finale, c'est Léo DE SOUSA qui crée l'exploit, en finale, c'est Clément CADIOU qui va mettre toute l'équipe en confiance, à seulement saison, en finale de DQDN4. 6/4 6/2 , le score est brutal, la partie juste énorme devant déjà une vingtaine de spectateurs.

Pendant ce temps là, Christophe HUET se débarrasse dans la douleur de Thomas REY. La tension est montée d'un cran, le tambour résonne, résonne , résonne encore comme pour donner cette force qu'il manque dans le dernier geste, dans ce dernier point d'anthologie d'un match en 3 sets. Victoire du Kid, le public cuciste explose et envahit le terrain. Le "vieux loup" est allé au bout de lui même, se sacrifiant pour donner l'exemple aux jeunes louvetaux de sa meute. CEYRAT 0 - CUC 2

Pendant ce temps, Léo a commencé son match, la partie semble faite pour lui sur le papier. Mais la réalité est toute autre. Il s'incline 6/4 au 3ème set. La frustration est là, la détresse se voit sur son visage. Il aurait tellement voulu gagner ce match pour les copains, pour l'équipe.

Le dernier simple oppose Amaury DELMAS, - 4/6 à Gregory ROCHE 3/6. La partie est jouée d'avance, l'écart est trop important. Et pourtant, Grégory harcèle son adversaire. Service/ Volée en permanence, encore et toujours. Amaury doit sortir son meilleur tennis pour s'imposer 6/4 6/4.

Les doubles seront décisifs. Amaury DELMAS et Christophe HUET, l'élève et le maître, ensemble dans le double numéro 1 pour gagner. La défaite du 2ème double n'est qu'anecdotique, l'affaire est dans le sac.

LA NATIONALE 4 SE JOUERA AUX CEZEAUX !!!

LE CLUB ACCEDE POUR LA PREMIERE FOIS DE SON HISTOIRE A LA NATIONALE 4.

Saison 2016/2017, septembre.... Après le départ de Léon DE SOUSA à Dijon pour ses études, la nouvelle tombe en début de mois. Amaury DELMAS, -4/6 , partant pour Monaco pour poursuivre sa carrière.

Il faudra donc se passer de lui également au mois de mai. Jules assumera le statut numéro 1 , Clément CADIOU le secondera. Pour compenser le départ de Léo, Grégory ROCHE viendra renforcer l'équipe et Christophe HUET prolongera sa mise au service de l'équipe. Mario CORDERO continuera le capitanat et Franck MARTEL sera mis à disposition de l'équipe en tant que 5ème élément !!!

Décembre, les poules de nationale sont dévoilées. l'équipe se rendra au Stade Français la première journée, puis recevra Villiers le Bel, se déplacera à St Maurs, recevra le Touquet Tennis Club et terminera à Gien. En face, des numérotés, des négatifs, qui feront que chacun jouera à classement au dessus ou égal.

L'organisation pour ces 3 déplacements au centre de la France (détail), se met en place : il faut partir la veille, louer un véhicule adapté, dormir sur place. Mario prend les choses en mains. Tout est calé rapidement. Une belle expérience de ''vivre ensemble'' entre deux générations s'annonce.

L'objectif reste le même malgré les mouvements d'intersaison : le maintien. Le président Christophe ROLLAND prend très à coeur cette aventure et s'investit pleinement avec sa compagne, Julie, pour mettre dans les meilleures conditions son groupe protégé. Toute la famille sera du voyage pour le déplacement au Stade Français et soutenir l'équipe.

1ERE JOURNEE : 30 avril 2017. DEPLACEMENT AU STADE FRANCAIS.

C'est loin de ses bases que l'équipe va débuter la saison. Reçus dans un cadre parisien soigné, notre petit monde arrive le samedi pour repérer les lieux et s'entrainer.


Il est 5h, paris s'éveille. Petit déjeuner équilibré pour tout le monde avant une grosse journée.

Arrivée au Stade Français, à Marnes la Coquette, La faisanderie, parc St Cloud...

Après les formalités d'usage, le juge arbitre lance les rencontres dans le format des matchs classique : 4 et 2 puis 3 et 1.

Franck MARTEL 15, jouera à 3/6, Clément CADIOU 3/6 jouera à 1/6.

La rencontre démarre sur les chapeaux de roues pour les cucistes. Dominateurs contre toute attente, les deux matchs tournent en notre faveur, Franck mène 6/4 4/1 , et Clément mène 6/1 3/2.

L'exploit est proche mais le Stade Français se reprend pour finalement remporter leurs matchs en 3 sets.

C'est au tour de Christophe HUET qui joue Grégory CARRAZ, ex 122 mondial, et à Jules GADOIN qui jouera à 0.

Match trés difficile pour Christophe qui s'incline sévèrement mais logiguement face à CARRAZ. La partie est tout aussi difficile pour Jules face à PETITJEAN, qui débute pourtant bien son match : 6/0 , puis 5/7. Encore un troisième set, qui ne tournera pas à l'avantage du CUC. L'équipe est alors menée 4 à 0 à l'issue des simples. Sévère... Après un petit encas proposé par le Stade Français, place aux doubles. En double numéro 1 : Jules et Clément. En double 2 : Christophe et Grégory.

Le double numéro 1 gagnera son match, tandis que le double 2 s'inclinera au super tie break 11/9 aprés avoir eu deux balles de match.

Score final : STADE FRANCAIS 5 /1

Un résultat qui ne reflète pas le déroulement réel de la rencontre. Un scénario invraissemblable qui vaudra ces mots de son capitaine :

" Je n'ai jamais vu ça, Franck mène 6/4 4/1 puis 3/0 balle de 4/0 au 3ème set, Clément mène 6/2 4/2 Jules mène 6/0 5/4 service à suivre et on perd les 3... J'ai envie de prendre une pelle et de m'enterrer dans le parc de Saint-Cloud"


Christophe confirmera : '' avoir tant d'occasions de tuer ces matchs et ne pas le faire, sans savoir pourquoi, comment....c'est incompréhensible."

Les joueurs se seront bien battus et leur président et le club peuvent être fiers d'eux. L'apprentissage de la nationale 4 est difficile. Il faudra encore tout donner lors de la prochaine journée et avoir ce petit brin de réussite qui leur a fait défaut pour cette rencontre.


DIMANCHE 7 MAI 2017 ...

Une date qui restera dans les mémoires. Non pas pour l'élection du plus jeune président de la République, mais pour la première réception en championnat de Nationale 4 aux Cézeaux.


L'évènement a été soigneusement préparé par les dirigeants : invitations des présidents d'associations, des instances dirigeantes du CUC Omnisport, des instances de la Ligue, et des anciens joueurs et joueuses du CUC. Le club offrira à manger à tous les supporters. Pour cela, le restaurant Chez Fred, 32 rue Drelon à Clermont Ferrand, préparera un cochon à la broche, sous le regard bienveillant de Maurice. Pour les gourmands, un stand d'huitres sera présent, arrivées fraichement la veille directement de Cancale.

Le club espère nombreux les supporters derrière leur équipe pour une victoire et une belle fête.

Jour J, les joueurs se sont bien préparés pour cette rencontre. Le président a su trouver les mots pour les motiver et c'est confiants qu'ils abordent cette rencontre.

En face, un espagnol, -4/6, un belge 0, un 2/6 et un 4/6 qui ont semé le doute dans cette poule en battant le Touquet 6 à 0 la 1ère journée.

La tâche s'annonce difficile mais pas insurmontable pour nos joueurs encouragés dés 9 heures du matin par le public déjà nombreux.

Tout le monde est en place, les joueurs sont là, le juge arbitre, les arbitres du jour : Daniel ORSINI, Victor GOUJON, Sébastien OLIVIER et le tambour....

C'est au son de cette douce musique que le Juge arbitre lancera les premiers matchs. Le tambour et les trompettes résonneront toute la journée dans l'enceinte des Cézeaux, attirant passants et joggeurs.

Christophe préfère jouer tôt le matin, à cause de la chaleur et son âge... Ca tombe bien, 4 et 2 commencent. Face à un ancien -15 , Christophe est lancé comme un frelon : 6/0, puis 6/4. 1er point pour le CUC. A côté, Clément CADIOU, joue à 0, contre BEN ABDERHAMMAN YOUNES. 1er set pour Clément, 7/5. Performance énorme. Le deuxième et le troisième set tourneront à l'avantage du belge qui petit à petit a haussé son niveau de jeu et habitué à l'ambiance trés chaude des Cézeaux.

1ère pour Grégory ROCHE sous ses nouvelles couleurs, en simple tout du moins. Sur le court numéro 2, il joue deux classements au dessus, à 2/6. Son jeu service volée, même sur terre battue va perturber son adversaire qui n'arrivera pas à le surclasser. C'est au contraire Grég qui offre le deuxième point au CUC.

Jules joue en perf également, à -4/6 contre l'espagnol ESTRUCH MANO David, un Valencien arrivé la veille d'Espagne où il entraîne. Incroyable... Sur terre battue, Jules est à l'aise, il sort un gros match, transcendé par le tambour et les encouragements. Il l'emporte 6/3 6 /4.

Aprés les simples : CUC 3 - VILLIERS LE BEL 1

Un double et c'est gagné. Compositions classique, Jules et Clément en double 1, Christophe et Grég en 2. Dés le début du match, on sent que les choses vont être compliquées pour le double numéro 1 face à la paire "étrangère" de Villiers le Bel. L'issue de la rencontre se jouera sur le double numéro 2. Au stade Français, c'était la première fois qu'ils jouaient ensemble. Cette fois, les automatismes sont en place, victoire sans appel 6/2 6/1 dans une ambiance survoltée.

LE CUC EST VAINQUEUR 4 à 2. Essai en nationale 4 transformé !!!

Côté organisation, le timing est parfait, le cochon est doré à souhait, et les joueurs de Villiers le Bel, à l'odeur alléchée, resteront bien volontiers manger et s'abreuver. A l'exception toute fois de leur numéro 3, qui a préféré rentrer tout de suite.

Leur capitaine dira par la suite : " Il va être très difficile de venir gagner ici".

Les joueurs adverses repartiront avec un bon souvenir de leur déplacement à Clermont Ferrand et nous en garderont un excellent également.

DIMANCHE 14 MAI : A LA SAINT MAUR, JE MORDS.........

3ème journée et 2ème déplacement en Nationale 4, dans le val de Marne, à Sucy en Brie pour affronter le TC SAINT MAUR, dernier de la poule après ses défaites 5/1 face à Gien, et 4/2 face au Touquet.

Composée de 1/6, 2/6, et 4/6, l'équipe St Maurienne doit impérativement gagner pour espérer un maintien à ce niveau.

Chritophe Huet et Clément CADIOU débutent la rencontre. Encore une fois, si Christophe prend le dessus facilement sur son adversaire, Clément trouve adversaire plus accrocheur. La partie est serrée, chaque joueur se rend coup pour coup. 4 partout. L'adversaire de Clément, géné par une douleur, abandonne. Opéré du tendon d'achille récemment, il préfère ne pas prendre de risque. Le match est gagné pour Clément. Même si'il préferait la victoire à la régulière, il est récompensé des efforts effectués sur des adversaires difficiles lors des deux premières journées. Bravo Clément.

Pour une fois, il va pouvoir regarder son entraîneur à l'oeuvre. Christophe a remporté le 1er set facilement, distribuant son jeut et mystifiant son adversaire. Peut être perturbé par l'arrêt du match de Clément plus tôt que prévu, le deuxième set est plus accroché. 5 partout, le Kid va tenir et augmenter son niveau de jeu aux moments importants pour éviter un troisième set pour remporter le match 6/1 7/5.

Et de deux. Grégory ROCHE a attaqué son match à 4/6 contre LEMEE Thomas, 1/6 par le passé.

Le match est compliqué, St Maur se détache rapidement dans ce premier set, 5/1 puis 6/2. Grég ne sait comment inverser la tendance malgré les solutions proposées par le capitaine Mario CORDERO, toujours présent et attentif. Le second set se terminera sur le même score, 6/2.

Dans le dernier simple, Jules GADOIN, opposé à Gianni PELEGRY 1/6, fait cavalier seul. 6/0 6/0. Score sans appel.

A l'issue des simples, le CUC est en passe de réaliser un petit exploit : sa première victoire à l'extérieur en Nationale 4.

Compositions classiques : Double 1 : Jules et Clément, double 2 : Kid et Greg. Il suffira d'un double pour que le CUC reparte de ST MAUR avec les 3 points.

Franck MARTEL et Mario CORDERO sont lucides, il faut soigner ce que l'on appelle vulgairement le "goal average". "On gagne les deux doubles les gars !"

Alors qu'un "ALLEZ CUUUUC" retentie dans l'enceinte de St MAUR, lancé par Cécile, omniprésente depuis le début des rencontres par équipe, les joueurs partent à l'assaut de leurs adversaires. 2 sets secs suffiront aux 2 équipes pour remporter une large victoire 5 à 1 en terre St Maurienne.

A souligner la bonne ambiance qui a régné durant la rencontre, conclue par un véritable repas, tous ensemble.

Le retour est à la joie et la plaisanterie. L'ambiance sucrée de la victoire contraste avec le goût amer de la défaite face au Stade Français il y a 15 jours.

Le maintien se jouera à domicile face au Touquet qui a retrouvé son numéroté 53 et qui a fait le nul à Gien.

Dimanche 21 mai : Le TOUQUET....

Cette petite commune d'environ 4500 habitants hors saison, située sur la Côte d'Opale dans le pas de Calais, en bordure de la Manche, était sous les feux des projecteurs depuis le 7 mai et l'élection du Président de la République. En effet, Le Touquet comptait dans ses licenciés un certain Emmanuel MACRON. Il n'en fallait pas plus pour que notre président, dans la tradition purement cuciste, envoie une lettre d'invitation à sa majesté pour la réception de son club.

Tout était prévu pour l'accueillir comme il se doit : tambour, trompettes, supporters et boeuf bourguignon.

La veille de la rencontre, nous avons mis à disposition un terrain à l'équipe adverse pour lui permettre de prendre ses marques. Quelle ne fut pas leur surprise en découvrant les installations des Cézeaux : " Non, sans rire, les vestiaires sont à quel endroit ?" demanda leur capitaine sur un ton douteux.

Ils n'étaient pas au bout de leurs surprises....

Jour J, 9 heures du matin, la météo annonce beau temps pour ce dimanche de mai. Tant mieux, la bière coulera à flot et il n'y aura pas que le temps qui sera chaud.

Dans l'équipe du TOUQUET, étaient présents : Michael GEERTS, Numéroté 53, Jeremy VOGTS - 2/6, Pierre DACHICOURT 3/6, Théo PARMENTIER 5/6 et Benjamin CAPELAIN 15/1.

Dans la semaine, le président avait réuni ses joueurs au milieu du terrain de rugby pour une sophrologie digne de Pascal DUPRAZ. Les joueurs seront à 200 %.

Clément CADIOU, visage fermé et concentré, rentre sur le court : c'est lui qui décidera quand son adversaire sortira du court central, juste devant les mange debout, à quelques mètres des spectateurs.

Le puiné de l'équipe prend son adversaire à la gorge, il bouge mieux, lâche ses coups droits, s'engage dans le terrain pour mener dans ce premier set 5/2.

Ce match, c'est David contre Goliath, le genre de défi qui transcende un public tout acquis à la cause de la CAD, son surnom. En face, c'est Jéremy VOGTS, - 2/6, ancien -15, un joueur sulfureux dont la réputation le précède sur tous les terrains de france et de Navarre. Débordé, malmené, sa seule chance de revenir dans la partie est de déplacer le jeu en dehors du court, sur le terrain extra sportif. Il fera arrêter deux fois la partie, provoquera les supporters déjà chaud bouillants, pour que le match dégénère. Une arme dont il est maître et dont il sait très bien se servir pour faire sortir son adversaire du match. C'est ce qu'il arrivera à faire. Clément ne réussira pas à conclure le premier set qui lui tendait les bras.

Magnifique de courage et d'abnégation, il s'accrochera jusqu'au bout et cèdera sur un ultime coup de trafalgar de son adversaire à 6/5.

La suite sera à l'avantage de VOGTS, qui, fort du gain du premier set, pourra lâcher ses coups et prendre le dessus dans cette partie. Il dira après le match : " je suis quelqu'un qui ne se laisse pas faire".

Pendant ce temps là, à Syracuse, Christophe HUET a accéléré son match pour suivre ce qui se passait à côté. 6/1 6/1. Net et sans bavure à 5/6.

Greg prend sa place face au capitaine du Touquet, Pierre DACHICOURT, 3/6. La lutte est âpre, deux styles et deux caractères différents. 6 partout dans le premier set. Il faut jouer un jeu décisif. Les tie breaks sourient toujours aux plus audacieux. Grégory, encouragé par la foule qui s'était recentrée sur son match après la fin de partie de Clément, continue de monter à la volée et d'acculer son adversaire qui lâche prise et concède le premier set. La deuxième manche sera serrée également, mais Grégory évitera un troisième set en s'imposant 6/4.

Certainement déçu dira t'on, le capitaine touquettois aura ces mots trés fair play au moment de serrer la main à son adversaire : " les animaux je ne leur sert pas la main je les caresses....".

Serrer la main de son adversaire, c'est ce que l'on apprend aux enfants de 4 ans pour avoir leur premier niveau. Visiblement, Pierre DACHICOURT a appris le tennis sur le tard....

L'ambiance est donc tendue. Mais au CUC on sait reconnaitre le talent. Contrairement aux autres matchs, il n'y aura aucune tension sur le dernier simple. Lorsque deux joueurs respectueux s'affrontent, c'est beaucoup plus simple. Jules affronte Michael GEERTS, de nationalité belge natif d'ANTWERP, numéroté 53 français, 642ème à l'ATP, arrivé la veille du tournoi de Prague en Tchecoslovaquie où il perd en 1/2 finale. On sent rapidemnet le joueur professionnel. Concentré sur son match, rien ne le perturbe, son job, c'est la gagne, pas besoin d'artifices quand on est sûr de son tennis.

Face à ce métronome au gabarit modeste, solide comme un roc en fond de court, Jules fait une partie magnifique, répondant d'égal à égal, sans pâlir. La partie est de toute beauté, les deux camps encouragent leurs champions.

Jules perd 6/4 le premier set. Pas grave, il faut continuer comme cela lui conseillent Mario et Franck. La bataille fais rage, Jules élève son niveau de jeu pour amener son adversaire au jeu décisif dans le deuxième set. Cet exercice spécial dans sa gestion tourne à l'avantage du plus expérimenté. Jules s'incline dans le tie break et perd le match. Mais quel match !!!!!

C'est donc sur un score de 2 partout à l'issue des simple que les doubles vont commencer. Et ils seront une nouvelle fois décisifs. On ne change pas des équipes qui gagnent. Comme le week end dernier, les jeunots seront associés et les séniors plus feront parler leur expérience.

Entre temps, petite pause pour se restaurer et reprendre des forces. Comme contre Villiers le Bel, nous avions préparé des sandwichs pour les joueurs. Nous ne savons si tous les touquettois ont apprécié cette attention, mais il est certain qu'une personne n'en aura pas mangé, peur d'être empoisonné..... Pathétique. Encore une tentative de Jeremy VOGTS pour attiser la braise qui s'était refroidie.

Le début des doubles donne le résultat probable de la rencontre. Leur double numéro 1, numéroté 53 et 3/6, est trop fort. Tout se jouera sur le double 2 qui attire désormais toute l'attention des spectateurs transformés en supporters.

Des "Aux armes", aux "Nous sommes les cucistes", l'ambiance entre les jeux est énorme d'enthousiasme, pétrie de beauté et d'émotion.

Dans cette atmosphère de soutien inconditionnel à nos joueurs, Christophe et Grégory jouent leur jeu, sereins et empochent le premier set 6/2. Dans le deuxième set, le début est très serré, les points décisifs tournent en faveur des cucistes qui doivent aller chercher les points pour éviter toute désillusion. Christophe HUET muscle alors son jeu, comme sur ce point important sur lequel il plonge pour renvoyer la balle et se relever et ne rien lâcher. Certains retiendront leurs larmes devant le sacrifice d'un homme de 45 ans maltraitant son corps pour l'équipe. Même si le point est perdu, un tel exemple d'abnégation redonnera des forces à son compagnon et aux supporters. D'autant plus qu'en face, l'association -2/6 et 15/1 n'est manifestement pas la meilleure, tant au niveau tennistique que comportementale : elle s'inclinera sans les honneurs sur le même score : 6/2.

Le partage des points est obtenu, le TOUQUET et le CUC se quitteront sur un match nul 3 partout, apparemment pas en bons termes selon Pierre DACHICOURT sur le facebook du club.

L'anecdote de cette rencontre restera ce moment d'anthologie de pathétisme lorsque Benjamin CAPELAIN, qui jusque là s'était comporté dignement, sortira du terrain pour s'en prendre à un des supporters qui a malheureusement parlé un peu trop fort à 2/5 dans le deuxième set du double2, alors que le pote à Macron comme il se présente dans je journal de Pierre BARTHES, s'apprêtait à servir :

" Moi je voudrais pas être 15/1 et servir maintenant !"

Comme disent les jeunes : MDR !!!

Mécontents de ne pas avoir gagné, et agacés par l'ambiance qu'ils ont provoquée, leur capitaine et leur président fraichement élu, on voulu porter réclamation auprès du Juge arbitre de la rencontre. Seul leur numéro 1, Michael GEERTS, détaché de toute cette bêtise acceptera de manger et boire un verre, et d'échanger dans un français remarquable pour un Wallon, avec les spectateurs.

Il partira d'ailleurs sous les applaudissements. "Bravo pour la Belgique !!!"

Place désormais au traditionnel banquet gaulois de fin d'histoire. Une histoire dont les touquettois se souviendront dés qu'ils verront la pancarte CUCQ, petite commune de 5000 habitants situé à 6 km de chez eux....

Avec les résultats du Stade Français et de Gien, nous sommes assurés de nous maintenir. C'était très compliqué au départ, ne serait ce même de l'envisager. Mais quand on a l'envie et le coeur, quand on a des valeurs et que l'on sait les transmettre, rien n'est impossible au CUC.

Alors, pourquoi pas, pourquoi ne pas croire encore cet impossible, à l'incroyable mais vrai, : la montée en Nationale 3.

Car à la veille de la dernière journée, terminer deuxième serait synonyme de montée. Il faudrait pour cela gagner à Gien, leader de la poule et forte de son armada espagnole. Le président a réunit toute l'équipe pour les féliciter et le mot d'ordre est : "faites vous plaisir et allez chercher la montée."


DIMANCHE 28 MAI, DERNIERE JOURNEE

L'équipe se déplace à Gien lors de la 5ème journée avec pour ambition d'aller chercher la deuxième place synonyme de montée en nationale3, mais surtout, surtout, prendre du plaisir. Difficile de trouver le juste milieu....

Les joueurs et Cécile arrivent comme à chaque déplacement la veille du match. Découverte de l'hotel, de la ville. Point le temps de faire du shopping cependant, il faut repérer les lieux de la rencontre et s'entraîner.

L'ambiance est décontractée. Les installations au top. Il va falloir chercher les coins d'ombre pour demain car la météo annonce trés chaud.

A GIEN, il faut parler espagnol pour échanger avec l'adversaire. Dans l'équipe alignée, Miguel, Roberto, Tomas, sont tous les trois issus de la filière espagnole.

Clément CADIOU jouera RODRIGUEZ VASQUEZ Roberto à -2/6, ça tombe bien, il a espagnol au bac !!! Malheureusement, on sent très vite que l'espagnol n'est pas sa matière préférée.

Clément ne pourra rien faire face à un joueur au jeu léché et propre. 6/1 6/2.

Christophe HUET jouera Loïc BOISSEREAU à 3/6 pour un duel de quarantenaires. Fidèle à ses habitudes, Christophe ne cède pas un once de terrain à son adversaire pour remporter la manche 6/2. Le giennois ne s'en laisse pas compter pour autant et remporte le deuxième set 6 à 3.

Si à 9 heures, il ne faisait pas encore trés chaud, à 11 heures, dans le troisième set, l'air devient étouffant. Les organismes commencent à être éprouvés. Il va falloir batailler encore quelques minutes pour entretenir le suspens. Tactiquement, c'est Christophe qui jouera mieux le coup face à un joueur qui joue tout en prise marteau, un peut à la Findus.... C'est sur le score de 6 à 1, que le Kid amènera le point au CUC pour égaliser dans la rencontre.

Pendant ce temps là Grégory ROCHE a commencé son match face à GUILLEMOT Florentin 2/6. Il est environ 10h15 quand les deux joueurs rentrent sur le quick de Gien. Le match est très accroché, 5 partout dans le premier set. Grégory a déjà fait au moins 30 montées. Il fait de plus en plus chaud et son adversaire, même s'il n'est pas espagnol, a la grinta et remportera la manche 7/5 et le deuxième set 6/4.

Grégory aura tout donné : "je suis cuit, j'ai fais au moins 70 montées au filet"

Jules a pris la place du Kid sur le terrain d'à côté. Mario s'est improvisé un foulard avec son sweat pour le protéger de la chaleur et les supporters guettent maintenant le moindre espace d'ombre.

Miguel CASAL -4/6 et ex -15, est opposé à Jules GADOIN -2/6. Jules n'aime pas sa chaleur, n'aime pas la surface. Cécile dira dés le début du match : " ce ne sera pas le même match que contre le TOUQUET".

A partir de là, il n'arrivera pas à trouver les ressources qui lui manqueront pour concrétiser les occasions de prendre l'ascendant sur son adversaire. Il s'agace. Sentant que le match est à sa portée, mais que celui ci lui échappe, la raquette lui échappera des mains plusieurs fois.... L'espagnol en face, voit bien par moments que la roue peut tourner. La victoire de Florentin GUILLEMOT le revigorera pour ne pas laisser échapper ce 3ème point pour l'équipe qui lui tend les bras. Score final 6/4 6/4.

Gien est sur de faire le match nul et de terminer premier. A l'issue des simples, les joueurs , sous les applaudissements des cucistes, feront la photo souvenir de la montée en nationale 3.

Il reste les doubles à jouer. Dernière rencontre, Franck jouera le double. Grégory essaiera par tous le moyens de céder sa place à Mario CORDERO pour qu'il puisse jouer au moins un match, lui qui a remplit à merveille , comme un vrai professionnel, son rôle de capitaine pendant 5 semaines. Rien n'y fait, Mario ne se sent pas et espère encore le match nul pour jouer la troisième place dont l'enjeu est de recevoir 3 fois l'année prochaine aux Cezeaux.

Franck MARTEL sera associé à Christophe HUET et Jules GADOIN à Grégory ROCHE. Ensemble, ils vont avoir la lourde tâche de gagner respectivement face une paire 1/6, 3/6, et -4/6, -2/6.

Les joueurs, libérés malgré tout, livrent une belle bataille et offrent un beau spectacle aux spectateurs nombreux venus les encourager. Jules et Grég accrochent dans le premier set mais négocient mal et les avantages décisifs et le tie break. Ils s’inclineront 7/6 6/3.

Dans le deuxième double, la rencontre est serrée également mais deux sets suffiront aux giennois pour remporter la partie.

SCORE FINAL GIEN 5 - CUC 1

Comme au CUC, depuis 1heure, les terrains sont envahis par les odeurs délicieuses du barbecue. Il est temps de passer à table et de fêter avec les vainqueurs, pour eux la montée, pour nous…. le maintien....


0 vue